Madeleine angevine Oberlin B
Nom de la variété en France
Madeleine angevine Oberlin
Origine
Cette variété de raisin de table a été obtenue par C. Oberlin au XIXème siècle en Alsace. D’après les analyses génétiques réalisées à Montpellier, cette variété serait issue d’un croisement entre la Madeleine angevine et le Bouquettraube.
Synonymie
Aucun synonyme n'est officiellement reconnu en France, ni dans les autres pays de l'Union européenne pour cette variété.
Données règlementaires
En France, la Madeleine angevine Oberlin est officiellement inscrite au "Catalogue des variétés de vigne" sur la liste A.
Utilisation
Variété de raisin de table.
Evolution des surfaces cultivées en France
1958 1968 2008 2018
ha 427 167 7 0
Eléments de description
L’identification fait appel :
- à l’extrémité du jeune rameau qui présente une forte densité de poils couchés,
- aux jeunes feuilles vertes ou jaunes,
- aux feuilles adultes orbiculaires, entières, avec un sinus pétiolaire fermé ou à lobes chevauchants, à fond en U, souvent limité par la nervure près du point pétiolaire, des dents petites à côtés rectilignes, une pigmentation des nervures nulle, un limbe fortement bullé, tourmenté, gaufré, et à la face inférieure, une densité moyenne des poils couchés et des poils dressés,
- aux baies qui sont de forme elliptique ou ovoïde.
Profil Génétique
Microsatellite VVS2 VVMD5 VVMD7 VVMD27 VRZAG62 VRZAG79 VVMD25 VVMD28 VVMD32
Allèle 1 133 234 243 178 188 260 254 227 271
Allèle 2 133 236 247 178 204 260 254 243 271
Phénologie
Epoque de débourrement : 6 jours avant le Chasselas.
Epoque de maturité : précoce, 1 semaine et demie avant le Chasselas.
Aptitudes culturales et agronomiques
La Madeleine angevine Oberlin est moyennement vigoureuse, à port demi-érigé et peut être conduite en taille courte. Cette variété est sensible au millerandage.
Sensibilité aux maladies et aux ravageurs
La Madeleine angevine Oberlin est peu sensible à la pourriture grise, à l’oïdium et au mildiou.
Potentialités technologiques
Les grappes sont moyennes et peu compactes. Les baies sont également moyennes avec une pellicule d’épaisseur moyenne et une pulpe juteuse à saveur simple.
Sélection clonale en France
Il n’y a pas encore de clone agréé de cette variété.
Références bibliographiques
- Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France. Collectif, 2007, Ed. IFV, Le Grau-du-Roi, France.
- Fonds documentaire du Centre de Ressources Biologiques de la Vigne de Vassal-Montpellier, INRAE - Montpellier SupAgro, Marseillan, France.
- Dictionnaire encyclopédique des cépages et de leurs synonymes. P. Galet, 2015, Ed. Libre&Solidaire, France.